Archives du mot-clé harcèlement psychologique

La lésion psychologique

Le travail d’aujourd’hui est devenu de plus en plus stressant et cause des lésions psychologiques. On retrouve ces lésions psychologiques dans trois catégories de situations: la lésion psychique liée à un stress aiguë; la lésion psychique liée à une situation vécue au travail; et la lésion psychique liée à une lésion physique.

La lésion causée par un stress aiguë

Le diagnostic posé dans cette catégorie de situation sera généralement celui de choc post-traumatique. Les situations de stress vécues au travail dans cette catégorie sont: le vol à main armée (lors du transport d’argent, par exemple), une menace grave mettant en péril la vie du travailleur, la prise d’otage ou une scène d’horreur dont la travailleuse ou le travailleur a été témoin (comme une scène d’accident grave ayant causé la mort ou des blessures graves, une scène de victimes d’un catastrophe, une scène de fusillade dont on a été témoin et qui a pu mettre la vie de la travailleuse ou du travailleur en danger.

La lésion liée à une situation vécue au travail

On retrouve dans cette catégorie les diagnostics de troubles d’adaptation avec humeur anxieuse, de dépression situationnelle ou de dépression majeure. Ces lésions psychologiques peuvent être reliées au harcèlement psychologique, au harcèlement sexuel, à la surcharge de travail, à des problèmes de relations de travail (avec le patron ou avec des collègues de travail).

La lésion psychologique à une lésion physique

On retrouve dans cette catégorie les diagnostics de trouble d’adaptation avec humeur anxio-dépressive, de dépression majeure et même de trouble somatoforme. Cette lésion psychologique résulte généralement d’un problème d’adaptation à la douleur chronique ou suite à une incapacité de travail résultant d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle, le travailleur ou la travailleuse devant faire le deuil d’un travail qu’il aimait et se réorienter vers un autre travail avec toute l’insécurité qui en résulte.

L’admissibilité de la lésion psychologique comme lésion professionnelle dans le cas des deux premières catégories se fait le plus souvent sous l’angle de l’accident de travail, selon la définition prévue à l’article 2 de la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles. C’est ainsi que la CLP considère que certains événements qui semblent a priori bénins seront considérés comme ayant un caractère imprévisible et soudain s’ils s’accumulent sur une période plus ou moins longue.
L’admissibilité de la lésion psychologique de la troisième catégorie se fait normalement sous l’angle d’une maladie professionnelle ou fréquemment sous l’angle d’une rechute, récidive ou aggravation en lien avec la lésion physique subie (douleur chronique ou incapacité résultant de cette lésion).

VOIR COMMENT LA COMMISSION DES LÉSIONS PROFESSIONNELLES TRAITE CE GENRE DE RÉCLAMATION: jurisprudence